Ma vie avec Liberace à la TV : du dernier rôle de Debbie Reynolds aux fesses de Matt Damon, 5 anecdotes sur le film avec Michael Douglas

À l’occasion de la diffusion de Ma vie avec Liberace ce soir à 20H45 sur Ciné+Club, AlloCiné revient sur 5 choses à savoir sur le biopic mis en scène par Steven Soderbergh.

Ma vie avec Liberace – Sortie le 18 septembre 2013

De Steven Soderbergh avec Michael Douglas, Matt Damon, Dan Aykroyd

De quoi ça parle ?

Avant Elvis, Elton John et Madonna, il y a eu Liberace : pianiste virtuose, artiste exubérant, bête de scène et des plateaux télévisés. Liberace affectionnait la démesure et cultivait l’excès, sur scène et hors scène. Un jour de l’été 1977, le bel et jeune Scott Thorson pénétra dans sa loge et, malgré la différence d’âge et de milieu social, les deux hommes entamèrent une liaison secrète qui allait durer cinq ans. “Ma Vie avec Liberace” narre les coulisses de cette relation orageuse, de leur rencontre au Las Vegas Hilton à leur douloureuse rupture publique.

Click Here: kanken kids cheap

1. Dernier rôle

Ma vie avec Liberace marque le dernier rôle sur grand écran de Debbie Reynolds, la mère de Carrie Fisher, dont nous avons appris la mort ce matin, un jour après celle de sa fille. La comédienne y incarnait la mère de Liberace. La grande faucheuse est décidément bien cynique en cette fin d’année 2016.

2. Lieux de tournage et accessoires authentiques

Ma vie avec Liberace a été tourné à Las Vegas, à Palm Spring et à Los Angeles, dans des lieux authentiques, ayant fait partie de la vie de Liberace ou de son amant : son appartement à Los Angeles, le bureau de poste de West Hollywood où Scott Thorson a travaillé après leur séparation, l’église Our Lady of Solitude où eurent lieu les funérailles de Liberace, ou encore la scène et la salle d’exposition du Las Vegas Hilton où le musicien donnait son spectacle. Il en est de même pour plusieurs objets. C’est d’ailleurs le cas de la Rolls-Royce argentée conduite sur scène par Matt Damon, réellement utilisée à l’époque par Liberace lors de son show. Celle-ci, ainsi que de nombreux accessoires, ont été empruntés au Liberace Museum de Las Vegas, bien connu du producteur Jerry Weintraub.

3. Un film jugé “trop gay”

Le film ayant été jugé “trop gay” pour une projection en salles aux Etats-Unis, le long métrage de Soderbergh – qui est pourtant un réalisateur reconnu aux Etats-Unis ! – n’a pas trouvé de distributeur sur le territoire américain, et a donc été diffusé fin mai sur la chaîne HBO, qui l’a produit. Behind Candelabra (titre original de Ma vie avec Liberace), y a réalisé une audience record pour une production de la chaîne, avec 2,4 millions de téléspectateurs.

4. Matt… mes fesses !

L’une des séquences de Ma vie avec Liberace offre une vue imprenable sur la marque de bronzage des fesses de Matt Damon. L’acteur s’en explique : “Nous essayions de tourner une scène de dispute, dans laquelle je m’approche du lit, et je termine dans le lit. La caméra de Steven devait se rapprocher peu à peu. J’ai donc dû lui dire que j’avais une ligne de démarcation à cause du bronzage. Il fallait adapter ma tenue pour que ça ne se remarque pas. Et alors Steven a dit ‘Mais c’est extraordinaire, on peut le montrer ! Si à la fin de la scène tu faisais tomber tes vêtements, on pourrait voir cette démarcation’.”

5. Liberace et ses pianos

Liberace avait une véritable collection de pianos. Tous ceux présents dans le film lui ont appartenu. Il possédait, notamment, deux pianos assortis, qui ont été dégroupés à sa mort – l’un étant conservé au Liberace Museum, l’autre à la salle d’exposition des pianos Baldwin. Ces deux instruments très atypiques ont été à nouveau réunis pour les besoins du film, après trente longues années de séparation, afin de pouvoir tourner la séquence du numéro des “Deux Pianos”.

==>Toutes les anecdotes sur Ma vie avec Liberace

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *