Call Me By Your Name : qui est Sufjan Stevens, l’interprète du morceau “Mystery Of Love” ?

Ceux qui ont vu Call Me By Your Name ont sans doute en mémoire sa bande originale, dans laquelle on peut entendre trois morceaux du musicien et chanteur Sufjan Stevens, dont “Mystery Of Love”, nommé aux Oscars. On vous raconte cette collaboration…

Oh, to see without my eyes / The first time that you kissed me / Boundless by the time I cried / I built your walls around me (…)

C’est par ces mots que commence “Mystery Of Love“, titre phare de la bande originale de Call Me By Your Name, nommé aux Oscars et composé spécialement pour le film par Sufjan Stevens, chanteur et musicien américain. On lui doit également “Visions of Gideon“, qui clôture le long métrage sur le plan séquence bouleversant du visage en larmes de Timothée Chalamet; et “Futile Devices“, remix d’un ancien morceau sorti sur son album “The Age of Adz“. Avec un style délicat et une voix caressante que l’on reconnaîtrait entre mille, Stevens a réussi à se glisser tout en douceur et en harmonie dans l’univers du réalisateur Luca Guadagnino et à sublimer ces scènes où ses mots résonnent avec force, comme des moments de grâce. 

Comme l’a confié l’artiste au magazine Vulture en janvier dernier, sa participation au film ne sonnait pas pour lui comme une évidence, il a même fallu que Guadagnino insiste longuement avant qu’il accepte de rejoindre à l’aventure : “Je n’aime pas les réalisateurs en général, je les trouve bien trop control freak. Tous les meilleurs sont mégalomaniaques (…) Je produis ma musique seul depuis 20 ans, j’ai mon propre label et je contrôle tout, même sur les tournées, des lumières aux arrangements. J’aime être à la barre, être attentif à chaque détails donc m’aventurer dans le monde du cinéma en contribuant à quelque chose sur lequel je n’ai aucun contrôle me semblait compliqué.” Guadagnino a su le convaincre et l’histoire du jeune Elio l’a touché.

Notre interview de Timothée Chalamet & Armie Hammer, qui reviennent entre autres sur leur découverte des morceaux de Sufjan Stevens sur le tournage :

Call Me By Your Name : "C'est le souvenir de quelque chose qu'on a tous vécu, les joies et les peines d'un premier amour"

Sufjan Stevens a failli être le narrateur du film !

Stevens a toutefois posé plusieurs conditions après avoir lu à la fois le livre d’Andre Aciman dont c’est l’adaptation et le scénario de James Ivory. Et à dire vrai, sans lui, le film n’aurait peut-être pas été le même. Guadagnino souhaitait qu’en plus d’écrire des chansons originales, il apparaisse en milieu de film pour une performance “comme une interruption esthétique, une rupture dans la narration“, mais aussi qu’il assure la voix d’Elio plus âgé, inspiré par le récit à la première personne du roman. Mais pour lui, ces deux idées étaient superflues, estimant que le style du réalisateur suffisait à rendre le film très immersif : “Luca est un sensualiste et ça m’a tout de suite parlé car je le suis aussi. Il y une physicalité dans son travail qui est vraiment profonde, en parallèle d’une expérience émotionnelle forte, et les deux fonctionnent merveilleusement bien ensemble. C’est sur cette idée-là que j’ai travaillé, sur l’irrationalité provoquée par un premier amour également, son aspect sensoriel et sans limite, débordant.” 

Sufjan Stevens a écrit les deux morceaux très rapidement, notamment “Visions of Gideon” qu’il a fredonné sur son iPhone avant de l’enregistrer l’après-midi même en studio, alors qu’il était en pleine tournée : “J’aurais pu écrire ces chansons dans mon sommeil. J’écris sur l’amour et la perte depuis que je suis un enfant (…) Quand j’écris, c’est toujours très immédiat, impulsif, comme si c’était plus fort que moi. Je n’écris pas sous l’effet de l’ecstasy, mais je me sens sans défense face au mouvement créatif.” 

Le chanteur a évidemment été très ému lors du visionnage du film : “Mon Dieu, la dernière scène m’a dévasté. La performance de Timothée est tellement réelle et profonde. Les nuances, les expressions de son visage qui changent de scène en scène… Je ne sais pas comment il a réussi ça !” Et ses craintes face au cinéma ont été estompées : “Luca permet à la musique d’émerger de la surface et devenir un élément vital du récit. L’utilisation de la musique dans les films est trop souvent sans intérêt, pénible et manipulatrice.

Où d’autre a-t-on pu l’entendre ?

Depuis la sortie de son premier album en 2000 (“A Sun Came“), cet américain originaire de la ville de Détroit, qu’il a beaucoup chantée, dans “Michigan” en 2003 ou “Illinois” en 2005, a été entendu dans bon nombre de films et de séries, notamment dans Little Miss Sunshine, Veronica Mars, Nip/Tuck, Les Frères Scott, Newport Beach ou plus récemment dans This Is Us, notamment lors des premières minutes du pilote.

A noter qu’on aurait pu l’entendre dans un autre film nommé cette année aux Oscars : Moi, Tonya. En effet, il avait soumis à la production un titre, de son propre chef, qui n’a pas été retenu. Il a tout de même tenu à nous en faire profiter en la mettant sur YouTube, accompagnée d’un essai sur Tonya Harding pour qui il a une profonde admiration. 

 

Click Here: kanken kids cheap

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *